Une affaire on ne peut plus concrète…

Très récemment, la presse s’est fait l’écho d’une affaire assez représentative. En effet, il s’agissait du licenciement d’un directeur des ventes qui travaillait pour le compte d’une société exerçant dans le secteur informatique.

Un bref rappel des faits

Au cours du mois de mai 2011, l’équipementier réseau Acme Packet a intégré monsieur X au poste de directeur régional des ventes. Ce dernier a été congédié au bout de 6 mois. Ses responsables aient découvert qu’il avait menti lors de son embauche. Son Curriculum vitae n’était pas le reflet exact de son parcours professionnel.
Monsieur X prétendait alors avoir travaillé pour le compte du groupe américain CISCO. Bien qu’il ait été employé par la société TANBERG, il faut savoir que celui-ci n’a en revanche jamais exercé d’activité professionnelle pour CISCO puisque ce groupe a racheté TANBERG après son licenciement. En fait, l’absence de date de fin d’activité sur le curriculum vitae de monsieur X laissait penser qu’il était toujours salarié de CISCO…

En date du 25 novembre 2015, la Cour de cassation a rendu un arrêt en faveur de l’ancien employeur. Monsieur X a donc été débouté après avoir contesté son licenciement et réclamé des dommages et intérêts.

L’employeur est tenu pour responsableverification curriculum vitae

Le Code du travail stipule que l’employeur a le droit et le devoir de vérifier l’authenticité de toutes les infos figurants sur un curriculum vitae, encore faut-il le faire de façon légale !

Il incombe à l’employeur de s’assurer de l’authenticité des informations présentes sur un curriculum vitae…

Suite à plusieurs affaires de salariés utilisant un curriculum vitae mensonger, les employeurs sont désormais informés qu’ils ne disposent que de très peu de recours dès lors qu’ils ont procédé à l’embauche. Ainsi, toute entreprise qui ne s’astreint pas à la vérification de l’exactitude de toutes les informations présentes sur le curriculum vitae, dispose de solutions restreintes.

En effet, partant du principe que l’employeur dispose de tous les moyens nécessaires pour s’assurer de la véracité de l’expérience professionnelle du salarié, les tribunaux compétents sont peu enclins à condamner le salarié.

Quelques exemples de C.V « bidonnés » parmi tant d’autres :
• Un cursus scolaire largement exagéré ou totalement inventé pour la circonstance.
• De faux diplômes et notamment souvent ceux « obtenus » à l’étranger.
• Un parcours professionnel et une expérience professionnelle sujette à exagération, voire tout ou partiellement inventée.
• Des formations professionnelles et des stages enjolivés ou tout simplement inexistants.
• Des responsabilités professionnelles créées de toute pièce.
• Une ou des langues étrangères non maîtrisées.
• Des rémunérations exagérées.
• Des périodes de chômage maquillées en activités professionnelles.
• Etc…

Une manœuvre frauduleuse à l’instar d’un diplôme manquant dans le cadre d’une profession réglementée peut se solder par l’annulation du contrat de travail.

Vérification d’un curriculum vitae par un détective privé

C’est parce qu’il est toujours préjudiciable pour une entreprise quelle qu’elle soit de devoir affronter une telle situation que nombre d’entre-elles recourent de plus en plus fréquemment aux services d’un enquêteur privé.

La vérification d’un curriculum vitae fait partie intégrante des missions du détective privé. 

Le détective privé est le garant de la préservation d’un cadre légal

Agent de recherche privée, une profession encadrée

Les compétences et les moyens d’investigation d’un agent de recherche privé lui permettent d’accéder à des informations précises et pertinentes. Le but est de procéder à toutes les vérifications nécessaires et de surcroît dans un cadre tout à fait légal.

Par conséquent, les entreprises sont parfaitement en droit de missionner un détective privé.

À titre d’exemple, quelques de vérifications types pouvant être effectuée sur un curriculum vitae :
• S’assurer de l’authenticité d’un ou de plusieurs diplômes.
• Authentification du cursus professionnel d’un candidat (vérification des dates, des lieux, mais aussi des postes occupés).
• Connaître l’appréciation des précédents employeurs par rapport au niveau des compétences (professionnelles et/ou linguistiques), par rapport à l’assiduité…

Les entreprises situées outre-Atlantique vérifient systématiquement les C.V de leurs candidats. Cependant, en France, de nombreuses DRH misent uniquement sur l’entretien d’embauche.

Autant dire que lorsqu’un incident se produit, les responsables des RH se retrouvent rapidement en première ligne…

De toute évidence, il va sans dire que le fait de s’en remettre à la déontologie et à tout le professionnalisme du détective privé présente l’avantage de favoriser une embauche bien plus sereine.

Prenez contact avec AFIP Détective privé. Une permanence téléphonique est assurée de 9h à 22h au 01 77 11 98 06 (sauf dimanche).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *